JO d’hiver: poursuivi par la poisse, Marchant renonce au Super G


«Cela ne sert à rien de prendre des risques», a déclaré le skieur alpin Armand Marchant dimanche lors d’un événement de presse aux Jeux Olympiques d’hiver de Pékin.


Article réservé aux abonnés


Temps de lecture: 3 min

Quatre ans après avoir loupé les Jeux de Pyeongchang suite à une grave blessure au genou survenue en janvier 2017 qui l’avait laissé sur le flanc pendant plus de deux ans et demi, Armand Marchant va-t-il devoir également renoncer à ceux de Pékin ? On n’en est pas encore là mais la surprise a quand même été totale, ce week-end, au lendemain de la cérémonie d’ouverture où il avait fait office de porte-drapeau du Team Belgium en compagnie de la patineuse Loena Hendrickx, lorsque le skieur de Thimister a annoncé qu’il souffrait d’une rupture partielle de l’ordre de 20 % du tendon de la cheville gauche et qu’il renonçait au Super G prévu ce mardi 8 février pour ne pas compromettre ses deux épreuves suivantes, le slalom géant, le 13, et, surtout, le slalom, son épreuve de prédilection, le 16.




Cet article est réservé aux abonnés

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.

close