Les lycéens français plongent dans des «Jours de colère»


Le texte de Sylvie Germain proposé pour le bac de français suscite menaces et insultes envers la romancière.


Article réservé aux abonnés

Journaliste au service Culture


Temps de lecture: 5 min

Car tout en eux prenait des accents de colère. » Sylvie Germain ne croyait pas si bien dire, il y a 30 ans, en écrivant son roman Jours de colère. C’est par torrents que celle-ci s’est déversée sur elle sur les réseaux sociaux, depuis que les lycéens et collégiens français ont découvert le texte proposé au bac de français, tiré du roman de l’écrivaine française. Trente ans après sa publication, sur Twitter et Instagram, pleuvent les messages relevant le caractère inacessible de l’écriture de Sylvie Germain.

Au départ d’un extrait de Jours de colère (prix Femina en 1989), l’exercice consistait, pour les lycéens, à disserter autour du rapport de l’homme à la nature et/ou de la supériorité de la nature sur l’homme. Tâche jugée impossible pour une partie d’entre eux qui se déchaînent depuis lors sur les réseaux sociaux, parfois de façon humoristique, mais également sous forme de menaces physiques envers l’écrivaine française.




Cet article est réservé aux abonnés

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée









Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.

close