Michel Claise: “Comment rester poli face à l’attitude de De Croo ? C’est indigne”



Le problème n’est pas nouveau. Les hauts magistrats et procureurs généraux de Belgique tirent la sonnette d’alarme face au manque de moyens alloués à la justice du pays depuis un certain temps. Michel Claise, juge d’instruction à Bruxelles, est venu le rappeler au micro de Maxime Binet ce vendredi.

La profession déplore un manque d’environ 1000 policiers à la police judiciaire et demande un réinvestissement d’urgence : un plan Marshall d’environ 135-155 millions d’euros chaque année, sur 5 ans pour le pallier.

“C’est un problème qui existe depuis dès années”, rappelle Michel Claise. “Il n’y a pas que le problème de la police. On parle de la justice donc il s’agit aussi des magistrats, les policiers ce sont le ministère de l’Intérieur, deux choses qui vont très très mal. Le plan doit être global pour être efficace. Il doit viser les forces de police mais aussi celles de la magistrature”, a-t-il précisé.

“En tant que magistrat, je manque cruellement de policiers : un effectif en sous nombre et un manque de moyens. Aussi, quand le dossier est terminé, il manque des magistrats pour le juger”, a-t-il expliqué. Dans son travail, Michel Claise fait face à la fois à une “difficulté pour enquêter et une difficulté pour juger les dossiers sur lesquels j’ai enquêté”.

Une situation qui ne permet pas au professionnel de la justice d’exercer correctement. “Je fais mon travail mais ce sont des emplâtres sur des jambes de bois actuellement. Sur cinq dossiers que j’ai envoyés à la police fédérale pour désigner des enquêteurs il y a peu, elle m’a répondu, dans quatre dossiers, qu’elle n’avait pas les moyens de les traiter. Ce qui signifie que nous avons 4 dossiers sur 5 qui vont attendre dans des armoires“, déplore le juge. “Un autre souci: nous avons des dossiers qui partent dans les tribunaux et vous assistez à des retards, jusqu’à 2 à 3 ans, au niveau de la cour d’appel par exemple“, a-t-il ajouté.

Alors que cette alerte résonne depuis plusieurs mois en Belgique, Michel Claise est très remonté contre le gouvernement fédéral.“Comment rester poli ? Vous avez entendu le cri des procureurs, M. Ignacio de la Serna, Frédéric Van Leeuw, et moi-même. Nous nous sommes exprimés dans la presse pour dénoncer le manque de moyens mais aussi l’immense importance qu’ont pris les organisations criminelles dans notre société. Notamment le trafic de drogue, mais pas seulement. J’ai assisté à une interview sur une antenne où le journaliste demandait à M. De Croo : ‘Vous avez trois magistrats qui tirent la sonnette d’alarme disant que la démocratie est en danger’. M. De Croo a répondu : ‘qu’ils le prouvent“, a-t-il déclaré, atterré.

“Comment rester poli ? C’est indigne”, a encore martelé le juge d’instruction.“A partir du moment où le représentant numéro 1 du gouvernement estime qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter alors que les professionnels en première ligne tirent la sonnette d’alarme, comment qualifier cette approche de sa part ? C’est une impéritie qui touche directement l’équilibre de la société et donc les intérêts des citoyens”.

“S’il veut que nous nous rencontrions et que je lui prouve, ça prendra cinq minutes“, a-t-il appuyé, en appelant le gouvernement à changer d’attitude. “Ils sont au Xanax plutôt qu’au viagra si vous me permettez l’expression. Il faudrait qu’ils se réveillent pour prendre conscience de l’immensité du phénomène.”



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.

close