Local Politics

Pour éviter des drames, la Wallonie inspecte ses ponts vieillissants


Les ouvrages d’art wallons sont parmi les plus vieux d’Europe. Ceux qui dépendent de la Région sont régulièrement inspectés. Pas ceux qui sont gérés par les communes. Un budget est débloqué pour le faire.


Article réservé aux abonnés

Journaliste au service Société


Temps de lecture: 5 min

Exhibant fièrement son imposant squelette métallique, le pont Capitte est l’un des trois principaux axes pour entrer dans La Louvière. A y regarder de plus près, il est pourtant bien moins fringant qu’il n’en a l’air. Un peu partout il est rongé par la rouille. Mais là n’est pas le plus grave. Un mal bien plus profond menace sa stabilité et donc la sécurité des usagers qui l’empruntent. A l’exception des bus des TEC, plus aucun véhicule de plus de 7,5 tonnes ne peut l’emprunter. Des panneaux l’annoncent depuis la sortie de l’autoroute plusieurs kilomètres en amont. Pourtant, comme peut le constater, dépité, Pierre Gilles, inspecteur général du département expertises structures et géotechnique du Service public de Wallonie, nombre de chauffeurs de poids lourds ignorent l’interdiction ou feignent de ne pas avoir vu les panneaux. « Je ne savais pas », lance ce routier français pris la main dans le sac.




Cet article est réservé aux abonnés

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée







Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.