Reine Elisabeth: de vrais moments de concert


Reine Elisabeth: de vrais moments de concert

Mr. André Gunko (Portugais, 24 ans)

Premier candidat de la soirée, André Gunko propose une Sonate en ut mineur de Boccherini emprunte d’une certaine force tranquille. Très chantante au départ, mais ensuite assez vite rattrapée par des faussetés. Une précision qui manque aussi dans le « Grave » d’Ysaÿe, où il semble crispé. Phantasiestück de Paul Hindemith lui permet par contre d’embrasser les nuances et de faire chanter son violoncelle de manière plus détendue.

À lire aussi
Au Reine Elisabeth les personnalités se dévoilent

Mr. Hayk Sukiasyan (Arménien, 28 ans)

Personnalité plus affirmée avec Hayk Sukiasyan. Après une attaque douce comme du coton, il déploie Phantasiestück de Paul Hindemith avec fougue et de manière très expressive. Un engagement qu’il confirme dans le « Grave » d’Ysaÿe, incarné avec maturité et proposant une vraie interprétation. Comme dans la Sonate en ut mineur de Boccherini, très incarnée, avec une légèreté dans le geste.

Mr. Ivan Sendetskiy (Russe, 25 ans)

Chez Ivan Sendetskiy, tout commence par des pizz très suspendu dans l’attaque de Pohádka de Janacek. Puis s’en suit une lecture intense, nerveuse et captivante de la pièce. Grandiose dans le premier mouvement, apaisée ensuite. Un jeu riche et incarné qui convient aussi très bien au « Grave » d’Ysaÿe. Ivan Sendetskiy y trouve une vraie plénitude dans le son. Une délicatesse, un sens des nuances et de la musicalité exquis. Un brillant récital conclut en subtilité avec la Sonate en ut mineur de Boccherini. Ivan Sendetskiy y impose sa présence mais construit aussi une vraie interprétation. Un instant, on oublie d’ailleurs qu’on est en concours.

À lire aussi
Le Concours Reine Elisabeth retrouve son public

Mr. Hideaki Fujiwara (Japonais, 27 ans)

Après la pause, deux candidats dont le Japonais Hideaki Fujiwara. Aérien dans Pohádka de Janacek, il livre une interprétation douce du « Grave » d’Ysaÿe, où il gagnerait peut-être à prendre plus de risques. Ce qu’il fait dans la Sonate en ut mineur de Boccherini (mais qui le fait toutefois perdre en précision).

Mr. Oleksiy Shadrin (Ukrainien, 28 ans)

Une pièce de Boccherini qui trouve une ampleur différente sous l’archet d’Oleksiy Shadrin, issu de la Chapelle musicale Reine Elisabeth. Ce soir, tous les candidats ont en effet choisi la même Sonate de Boccherini, ce qui rend la comparaison immédiate. Ample dans le premier mouvement, démontrant une vraie dextérité dans le deuxième, décidé dans le troisième, le violoncelliste est touchant et impliqué. Dans le « Grave » d’Ysaÿe, il laisse flotter le son et semble penser l’œuvre en détail, avec une vraie puissance et de magnifiques nuances. Une interprétation au service aussi de Phantasiestück de Paul Hindemith. Et des qualités d’interprète qui offrent au public un autre moment de concert.






Par Gaëlle Moury

Journaliste au service Culture
Le 11/05/2022 à 23:19



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.

close